Analyse de la nouvelle spécification ePub de Kobo

Chat noir stylisé

Ce vendredi 13 (!), Kobo a publié ses spécifications ePub.
Il en ressort une grande disparité entre les fonctionnalités supportées par les différentes versions de Kobo:

Platform MathML SMIL JavaScript CSS Animations Audio/Video
Android N Y Y Y Y
Desktop Y N Y Y N
eInk Y N Y Y N
iOS Y Y Y Y Y
Windows8 N N N N N

Clairement, c’est la version iOS qui supporte le plus de fonctionnalités. Mais honnêtement, le lecteur qui travaille sous iOS, et qui dispose donc gratuitement d’iBooks, va-t-il vraiment utiliser Kobo?
Analysons le support annoncé pour nos fonctionnalités préférées:

Canvas

Rien n’est précisé concernant Canvas. Nous avons testé avec succès sur iOS et sur Android un fichier contenant des images Canvas. Mais comment savoir ce qu’il en est sur les autres plateformes?

Vidéo

Concernant la vidéo, bien que ce tableau annonce qu’elle est supportée par la version Android, il faut se référer au texte pour apprendre que ce support n’est effectif que pour les fixed layouts. On nous annonce qu’il faudra attendre la prochaine version (5.5) de l’app Android pour que ce support soit étendu aux reflowable layouts. Mais aucune date n’est annoncée pour la sortie de cette version.

Javascript

Même chose pour le Javascript.

SVG

Pour SVG, la spécification de Kobo annonce pudiquement:

« SVG is partially supported across Kobo platforms. Thorough testing is advised for ePubs with SVG, particularly for text rendering ».

Nous avons testé sur Android et iOS: effectivement, ça fonctionne, avec quelques imprécisions dans le rendu de certaines parties de texte, alors que d’autres lignes de texte ne posent aucun problème. Ici aussi, comment lever l’incertitude sur les autres types de plateformes sans disposer d’un exemplaire de chacun de ceux-ci?

Images

Pour le dimensionnement des images, la spécification de Kobo demande des définitions en pixels dans le CSS et non en pourcentages. Pas de chance: il y a quatre mois, iTunes conseillait à tous ses éditeurs de s’aligner sur les nouvelles spécifications W3C et de travailler en vh (viewport height unit), ce que nous avons fait, obtenant un excellent résultat dans iBooks… mais pas dans Kobo! Le dimensionnement en pixels est le moins souple à adapter à des appareils de taille et de résolution variés, comme on en trouve déjà rien que dans la gamme Kobo, qui s’étend quand même de l’écran 5 pouces du Kobo Mini jusqu’à l’écran 10 pouces HD du Kobo Arc 10HD, sans compter leurs app pour PC et Mac! Pour permettre aux éditeurs de tester leurs publications sur les différents supports de la marque, Amazon propose un previewer. Kobo non, ils nous recommandent juste avec insistance de tester nos fichiers sur l’ensemble de leur gamme. Euh… comme placement de produit, c’est évidemment pas mal, mais ça risque de coûter cher à l’éditeur consciencieux, non?

Notre conclusion (et nos interrogations!)

Enfin des app/des appareils qui proposent un REEL support de l’ePub3! Mais tout ceci semble encore bien imprécis…

La spécification de Kobo est parsemée d’avertissements tels que:

« Thorough testing is advised for ePubs with SVG, particularly for text rendering »

« Testing across platforms for ePubs with multimedia and other media overlays is recommended »

« Content producers adding tables with more than four columns are advised to test their content on all Kobo reading platforms »

ou encore

« Thorough testing on all platforms is strongly recommended to ensure that fallback as well as JavaScript content renders correctly ».

Tout ceci paraît quand même très approximatif, et assez insécurisant pour un éditeur soucieux de ne délivrer que des contenus impeccables. Si tester sur Desktop, Android ou iOS ne pose pas de problème, ces systèmes faisant généralement partie de l’équipement de tout éditeur professionnel, serons-nous réellement obligés de nous équiper aussi d’un e-reader ET d’une tablette Kobo, ainsi que d’une tablette fonctionnant sous Windows 8?

Au vu de tout ce qui précède, il est donc clair que:

  • l’éditeur qui souhaite publier pour Kobo des ebooks avec contenu « enrichi » devra encore jouer avec les fallbacks (= chaînes de simplifications successives permettant de délivrer un contenu consistant même sur les appareils qui supportent un minimum de fonctionnalités avancées) pour un bon bout de temps
  • l’éditeur qui souhaite proposer à ses lecteurs le meilleur confort de lecture possible à la fois sur iBooks et sur Kobo est pratiquement obligé de maintenir deux versions ePub en parallèle, ce qui va évidemment à l’encontre de la spécification de l’IDPF!
  • malgré tout, Kobo nous semble, après iBooks et Readium, l’app qui supporte le mieux les nouvelles fonctionnalités offertes par l’ePub3, ce qui nous donne bien envie de nous joindre à cet écosystème… Alors, investir dans différents exemplaires de leur gamme, afin de suivre leur recommandation de « thorough testing« ? ou attendre que Kobo mûrisse encore un peu?…

3 réflexions au sujet de « Analyse de la nouvelle spécification ePub de Kobo »

  1. Précision :

    Si Readium = extension Readium et non pas l’app compilée à partir du SDK Readium disponible sur Github, il est fortement déconseillé, par l’IDPF elle-même, ne serait-ce que de l’utiliser en production (donc encore moins à un niveau commercial, en conseillant de lire un livre avec cette extension par exemple).

    L’extension est une version alpha à laquelle des fonctionnalités et supports peuvent être enlevés à tout moment, donc créer des problèmes importants lors de maj si les fichiers ont été développés pour cette extension (exclusif ou non exclusif).

    Lors de la dernière maj, il y a eu pleins de problèmes pour les fichiers fixed-layout par exemple. Donc à moins de vouloir se surcharger de SAV, il vaut mieux attendre les implémentations du SDK Readium par les revendeurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.